Le siège national du FFS
Le siège national du FFS

Longtemps tue, la guerre fratricide au sein du Front des forces socialistes (FFS), relève, désormais, du domaine public. C’est ainsi que le vétéran des partis d’opposition risque l’implosion à l’approche de son Conseil national. Programmé pour le début du mois passé, cette rencontre n’a pas pu se tenir pour cause de graves dissensions au sein de la direction de cette formation. Partagée en deux, les deux clans se disputent, parfois violemment, la paternité sur le parti. Des membres du présidium risquent tout simplement l’exclusion du parti, à l’image de Rachid Hallet qui est aussi député.

Si d’un côté, Rachid Hallet est soutenu par une grande partie de militants et le Premier-secrétaire, Abdelmalek Bouchafa, l’autre clan est constitué, notamment, autour des Bahloul qui se réclament de la famille du défunt chef historique, M. Hocine Ait Ahmed. Ali Laskri, Mohnd Amokrane Cherifi y font partie. Saïda Ichalamène serait, selon des indiscrétions, proche plutôt de Rachid Hallet.

Selon des militants, c’est l’approche des élections législatives qui a accéléré et approfondi les divergences. Il est reproché au clan des Bahloul leur volonté de normaliser avec le pouvoir. Tandis que l’autre clan veut maintenir la ligne tracée par Ait Ahmed, ceci dit, en passant, une opposition frontale avec le régime. Les choses ne vont pas du tout bien au sein de formation. Les risques de dérapages des uns et des autres sont omniprésents.

Ce que confirme, du moins, ce communiqué diffusé par des militants sur les réseaux sociaux. Appelé « FFS Fraternité », ce groupe de militants informe que « suite au coup préparé par le pouvoir et ces éléments à l’intérieur du FFS contre le docteur HALET et la ligne politique du FFS, 115 militants se sont réunis cet après-midi du 01/12/2016 dans une localité des hauteurs de Tizi-Ouzou ».

Après débat, ajoutent ces militants, les décisions suivantes ont été prises : élargir le mouvement à toutes les fédérations. Préparation d’une action d’occupation du siège national les 09 et 10 décembre à l’occasion du conseil national et programmation sur place d’une conférence de presse ».

Cette guerre fratricide qui oppose deux clans au sein du FFS a déjà fait ses victimes. Il s’agit du sénateur Tamadartaza et le député Chabati qui avaient pris part à des voyages officiels sans l’aval de leur direction.

Qu'en pensez vous ?