La chambre d’accusation de la Cour d’Alger a ajourné sa réponse à la demande de libération provisoire de l’opposant Karim Tabbou pour le 25 décembre courant. Elle sera rendue le même jour que celle formulée par la défense de l’activiste emprisonné Samir Benlarbi.

Alors qu’elle était attendue pour ce mercredi, la chambre d’accusation a reporté sa réponse concernant la demande de libération du chef de l’Union démocratique et sociale (UDS), non agréé. Les avocats du prévenu ont annoncé que la réponse sera rendue finalement le mercredi 25 décembre par la Cour du Ruisseau. Le même jour, la même Cour se prononcera sur une demande similaire formulée par les avocats au profit du militant Samir Benlarbi.

Les avocats des deux prévenus sont plutôt « très optimistes » quant à la décision de la justice. Ils espèrent leur libération, car leurs dossiers sont « quasiment vides ». Cet optimisme du Collectif des avocats est motivé également par la main tendue du nouveau chef de l’Etat, Abdelmadjid Tebboune envers le Hirak. Ce dernier, et dans une volonté d’apaisement, a appelé à dialoguer avec les représentants du mouvement populaire. Un grand nombre d’observateurs de la scène politique nationale a estimé qu’il ne pourra pas y avoir de dialogue sincère sans la libération des détenus politiques et d’opinion, incarcérés depuis plusieurs mois.

Rappelons que Karim Tabbou, fondateur de l’Union démocratique et sociale et l’activiste et militant Samir Benlarbi ont été arrêtés, puis incarcérés au mois de septembre dernier. Depuis leur mise sous mandat de dépôt, un regain de tension a été enregistré dans les milieux militants.

La répression continue

La pression populaire n’a pas cessé depuis. L’Etat, de son côté, continue et accentue la répression contre les militants. Ce mercredi 18 décembre, le procureur de la République près le tribunal de Hussein-Dey a requis cinq ans de prison ferme à l’encontre du détenu Garidi Hamidou. Il est accusé d’atteinte à l’unité nationale. Le verdict devrait être annoncé ce soir.

A Constantine, le procès de la journaliste et militante Lynda Nacer, prévue pour aujourd’hui, est aussi reporté pour le mercredi 8 janvier prochain. Prévue pour aujourd’hui également, l’audition dans le fond du dossier du militant Fodil Boumala, au tribunal de Dar El Beïda, est reporté au dimanche 22 décembre.

Au même moment à Adrar, 15 activistes seront présentés devant la justice. Ils sont poursuivis d’entraves au bon déroulement et des activités de l’Autorité nationale indépendante des élections (ANIE), annonce le Comité national pour la libération des détenus (CNLD).

Lire aussi : Algérie : Tebboune va-t-il initier un dialogue avec le Hirak ?