Le directeur général du groupe médiatique Ennahar, Anis Rahmani, ainsi qu’un de ses journalistes, Ahmed Hafsi, ont été condamnés à six mois de prison ferme. Ils ont été poursuivis en justice pour "offense et diffamation" par le général à la retraite Hocine Benhadid.

Après plusieurs reports pour absence du plaignant, le tribunal de Bir Mourad Raïs a condamné Anis Rahmani ainsi que son journaliste Ahmed Hafsi à six mois de prison ferme, et d’une amende de 50 000 DA. L’affaire remonte au mois de mai dernier, lorsque Hocine Benhadid a publié une tribune dans le journal francophone El Watan, s’adressant à Gaïd Salah, et exprimant ses opinions politiques sur la crise que traverse l’Algérie. "Le jour-même, la chaîne de télévision Ennahar a diffusé une émission spéciale dans laquelle le général Hocine Benhadid est gravement présenté comme un traître, au passé sanguinaire, qui a participé au coup d’Etat de janvier 1992", rapporte El Watan, dans son édition d’aujourd’hui.

Hocine Benhadid a été incarcéré deux semaines après la publication de cette contribution. Il est encore à la prison d’El Harrach où son état de santé ne cesse de se dégrader. "Son état de santé est inquiétant, mais rien n’a été fait pour lui permettre de bénéficier de soins à la hauteur de la gravité de son état, au milieu de sa famille. Vu son âge avancé, 76 ans, les lourdes maladies qu’il traîne et les séquelles des interventions chirurgicales subies récemment, la place de Benhadid n’est pas en prison", témoigne son avocat Maître Mechri, repris par El Watan.

YouTube video

Anis Rahmani bénéficiait d'une impunité totale

A noter que la condamnation d'Anis Rahmani est une première. Des centaines de plaintes ont été déposées dans le passé par des citoyens, des associations ou des militants accusant Ennahar pour les mêmes motifs de diffamation et offense aux personnes. Aucune de ces plaintes n’a abouti par le passé. Ennahar TV est accusée également par les opposants algériens, d'être un média de propagande servant le pouvoir en place.

Lire aussi: Algérie : 20 ans de prison ferme pour Mohamed Larbi Zitout