Le patron du groupe Ennahar, Anis Rahmani de son vrai nom Mohamed Mokadem aurait fui l’Algérie, selon certains médias de la presse nationale. Ces dernières affirment que le directeur du puissant groupe médiatique aurait quitté le territoire national, le 30 janvier dernier à bord du vol Alger- Dubai .

Selon les mêmes sources, Anis Rahmani aurait plié bagage avec sa femme et ses enfants afin « d’anticiper sa citation dans des affaires de corruptions, de diffamations ainsi que d’abus de pouvoir ». Le patron d’Ennahar, qui s’est distingué par son soutien indéfectible à l’ex-président déchu Abdelaziz Bouteflika et son frère Saïd, a senti le vent tourner. Il redoute de payer les frais du positionnement de sa chaîne pendant la campagne électorale contre la candidature de Abdelmadjid Tebboune.

Ce patron fait l’objet d’une trentaine de plaintes auprès des différents tribunaux, sans que ces dernières n’aboutissent, et ce, à cause de l’impunité dont il jouissait de la part des responsables. Désormais, Anis Rahmani se retrouve dans un nouveau contexte qui ne lui garantirait pas de protection des hautes sphères du pouvoir.

Soumis à une interdiction de sortie du territoire

Par ailleurs, il faut rappeler que d’autres informations ont circulé la semaine dernière sur l’arrestation du patron d’Ennahar à l’aéroport d’Alger. Certaines sources indiquent qu’il a été soumis par les services de la police nationale (DGSN) à un examen de situation approfondi sur ses différentes activités et qu’il est soumis à une interdiction de quitter le territoire national pour les besoins des enquêtes dont il fait l’objet.

Observ’Algérie a contacté des journalistes qui travaillent pour le groupe médiatique Ennahar afin d’avoir plus de détails sur cette affaire. Ces derniers affirment qu’ils ne sont pas au courant des déplacements de leur patron ni du lieu où il se trouve actuellement. Ils indiquent que même en temps normal, ils le croisent rarement.

Lire aussi: Anis Rahmani dans le viseur de Abdelmadjid Tebboune ?