Réda Mehigueni, directeur général de la chaîne de télévision Beur TV, aurait a été interpellé, dimanche 15 mars, par les forces de la Gendarmerie nationale de Bab Jdid, à Alger, dans le cadre d'une enquête sur son implication dans plusieurs affaires, dont « violation de la législation de l'échange ». C'est ce qu' a indiqué, dans la soirée du 15 mars, la chaîne arabophone Al Hayat.

Selon la même source, le patron de Beur TV aurait été arrêté avec son épouse, avocate. Ils sont tous les deux soupçonnés de « violation de la législation de l’échange », de « chantage et formation de réseaux de diffamation » et d'« encaissement de grandes sommes d’argent en euros ».

Il y a lieu de souligner que le directeur général de la chaîne de télévision Beur TV avait racheté, en 2011, près 80% des parts sociales de la chaîne télé pour un montant estimé entre « 1.5 million et 2 millions d'euros ». C'est ce qu'avait déclaré Réda Mehigueni lui-même.

Rappelons que ce dernier n'est pas le seul patron d'un média interpellé dans le sillage des enquêtes de corruption déclenchées depuis le début du Hirak. Février dernier, le P-DG du groupe médiatique Ennahar, Anis Rahmani, de son vrai nom Mohamed Mokadem, a été arrêté par les enquêteurs de la section de recherche de la Gendarmerie nationale de Bab Jdid.

Il est poursuivi pour plusieurs chefs d'accusation, principalement « chantage pour obtention d’avantages indus », « infraction au mouvement de capitaux vers l’étranger »  et « création de comptes bancaires à l’étranger par une personne exerçant son activité en Algérie sans autorisation ».

Après avoir été entendu durant près de 22 heures, le patron de la chaîne Ennahar a été transféré, sous l'ordre du juge d'instruction du tribunal de Bir Mourad Raïs, à la prison de Koléa.

Lire aussi : Algérie : De lourds chefs d’accusation contre Anis Rahmani