Le laboratoire de dépistage du coronavirus de l'université Mouloud Mammeri de Tizi Ouzou, en Kabylie, sera bientôt opérationnel. Une équipe de spécialistes de l’Institut Pasteur d’Alger (IPA) étaient à pied d'oeuvre ce jeudi 26 mars pour approfondir les essais, a indiqué une source sûre à l'université à Observ'Algérie. La mise en service de ce laboratoire interviendra la semaine prochaine.

L'entrée en fonction du laboratoire de Tizi Ouzou a été d'ailleurs annoncée par le directeur général de l'Institut Pasteur d'Algérie (IPA), Fouzi Derrar, mercredi 25 mars. Ce dernier a affirmé qu'avec la mise en service des différentes annexes de l’institut, "la pression sur le laboratoire de dépistage de l'IPA sera réduite", notant que l’annexe d’Oran a commencé les analyses et celles des wilayas de Constantine, Tizi Ouzou et Ouargla seront opérationnelles dès la semaine prochaine.

Une déclaration qui coupe court aux rumeurs qui ont circulé ces derniers jours et selon lesquelles l'IPA n'aurait pas donné son feu vert à l'université de Tizi Ouzou pour la mise en service de ce laboratoire. Celui-ci, rappelons-le, a été installé au niveau de la faculté de médecine. Le wali de Tizi Ouzou, qui s'est déplacé sur les lieux le 19 mars, avait souligné que cet équipement permettra d’analyser jusqu’à 86 prélèvements en deux heures. Il avait également assuré que les autorités sanitaires du pays étaient en train d’accompagner les spécialistes à Tizi Ouzou pour sa mise en service. Depuis, les essais n'ont pas été interrompus. Mercredi 25 mars, une équipe était également sur place dans le même but.

À lire aussi :  Les Marocaines revendiquent le droit à l'avortement

Le doyen de la faculté de médecine de l'université Mouloud Mammeri, le Pr Abdelkrim Messaoudi, a fait comprendre, de son côté, que les équipements rassemblés ont été récupérés du laboratoire d’immunologie. Il explique que la technique utilisée par ce matériel consiste en la réaction de polymérisation en chaîne (PCR) qui est souvent utilisée dans la microbiologie, afin de diagnostiquer des maladies infectieuses, comme le Covid-19. « Pour le moment, ce matériel fonctionne, mais nous attendons sa vérification par les spécialistes de l’IPA pour obtenir l’autorisation d’entamer les analyses des prélèvements ici, à Tizi Ouzou », avait-il indiqué

Lire aussi : Algérie : l’Institut Pasteur adopte de nouvelles méthodes de dépistage