Le Japon n'a pas instauré des mesures draconiennes pour lutter contre le coronavirus. C'est ce qu'a affirmé à Observ'Algérie un Algérien établi dans ce pays. "Hormis les écoles et les universités, tout est ouvert ici", a-t-il témoigné ce dimanche 29 mars. Le pays du Soleil-Levant a enregistré, pourtant, plus de 1 500 cas contaminés au Covid-19, dont 50 décès.

De par la proximité géographique de ce pays avec la Chine, épicentre du coronavirus, d'aucuns s'attendaient à ce que le Japon opte pour des mesures corsées pour combattre la pandémie de Covid-19. « Il n'en est quasiment rien », affirme le ressortissant algérien établi dans ce pays.

« Ici, tout a commencé au mois de janvier. Au fil des semaines, c'est devenu comme une routine. A part les écoles et les universités, tout est ouvert. Les gens qui peuvent télé-travailler restent chez eux et les autres se rendent à leur boulot », précise-t-il. Et d'indiquer que l'activité commerciale n'est pas paralysée par l'épidémie. « Tout est ouvert, sauf les restaurants qui sont plus ou moins fermés », indique la même source.

La discipline, un détail qui fait la différence

Pourtant, tous les pays du monde, du moins ceux touchés par le coronavirus, ont adopté des mesures drastiques, dont le confinement général. Des pays qui sont pourtant moins exposés que le Japon. « Le gouvernement a demandé une coopération volontaire, mais pas de loi pour l’instant », fait savoir le même ressortissant. Ce dernier précise que cette coopération a été vite adoptée.

À lire aussi :  Le nombre de migrants clandestins vers l'Europe en forte hausse

Il faut dire que les Japonais sont connus pour être un peuple discipliné qui respecte à la lettre les recommandations, quelle que ce soit la situation. Un détail qui fait la différence. Dans ce contexte de pandémie, les recommandations des autorités nippones se limitent à quelques conseils d'hygiène et de conduite à tenir quotidiennement. «  On se protège avec une hygiène sanitaire stricte et des masques de protection. Et je pense que jusque-là ça marche bien », conclut le ressortissant algérien, établi au Japon depuis plus d'une dizaine d'années.