Le ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, Abderrahman Benbouzid, a indiqué, ce dimanche 5 avril lors d'une réunion de la cellule de crise installée à Établissement hôspitalo-universitaire (EHU) Mustapha Pacha, qu'il avait donné son feu vert aux spécialistes de la santé pour l'utilisation du scanner thoracique comme méthode alternative au dépistage du nouveau coronavirus.

Ainsi, le ministre de la Santé a affirmé que l'utilisation du scanner thoracique dans le dépistage du coronavirus permettrait aux médecins d'administrer rapidement le traitement à la chloroquine afin d'éviter la détérioration de l'état de santé du patient et endiguer par cette occasion la propagation de la pandémie.

Abderrahman Benbouzid a souligné que durant les prochains jours il va y avoir une forte augmentation des cas de contamination par le coronavirus, « il convient de recourir au scanner thoracique », a-t-il déclaré, dans le but de diagnostiquer les atteintes pulmonaires causées par le virus.

De son côté, le Pr. Chafaa Aimeur, Chef de service d'imagerie à EHU Mustapha Pacha, a encouragé la décision de l'utilisation du scanner thoracique. Par ailleurs, le professeur a expliqué que le scanner peut se faire en quelques secondes et peut être interprété en quelques minutes, ce qui facilite la tâche aux médecins et leur permet « d'administrer le traitement rapidement » et de mettre les cas suspects sous surveillance médicale. Il ajoute que les résultats du dépistage habituel par PCR sont obtenus en 24H.

À lire aussi :  Paris-Alger à pied : Le jeune algérien arrive bientôt en Tunisie

Dans le même contexte, le ministre de la Santé a affirmé que certains centres d'imagerie médicale et cliniques privées, se tiennent prêts « à offrir leurs services si les hôpitaux sont submergés » a-t-il déclaré. Et il rassure de la disponibilité du traitement à la chloroquine, en usage actuellement sur des patients atteints du COVID-19.

Abdessalem Benana, Directeur de EHU Mustapha Pacha a assuré que l'établissement dispose d'un stock suffisant de tests de dépistage du coronavirus, « ce qui allégera la pression sur l'Institut Pasteur et permettra de prendre en charge les personnels de la santé au niveau de l'Établissement », a-t-il déclaré.

Lire aussi : Coronavirus en Algérie : Les biologistes réclament leur prime