À peine lancé, le laboratoire de dépistage du coronavirus de la wilaya de Bejaïa, en Kabylie, suscite la polémique. L'Institut Pasteur d'Alger a tout remis en cause, en soutenant qu'il n'a pas été associé à ce projet et que le professeur qui a accompagné l'université de Bejaïa dans son initiative, à savoir Idir Bitam, ne fait pas partie du personnel de l'IPA. 

«Nous avons publié cette précision pour éviter tout amalgame. Nos équipes interviennent pour accompagner les laboratoires. Le Pr Idir Bitam est un ami et je n’ai aucun doute sur son domaine de compétence ; j’ai seulement précisé qu’il ne fait pas partie de nos effectifs. L’université de Béjaïa nous a sollicités après avoir installé sa machine, sans informer l’IPA au préalable. Nous sommes à l’écoute de toutes les structures pour la validation de leurs laboratoires ». C'est ce qu'a déclaré le directeur général de l’Institut Pasteur d’Algérie, Dr Fawzi Derrar, dans un communiqué publié vendredi 17 avril.

« L’université de Tizi Ouzou nous a avertis à l’avance et nous l’avons accompagnée pour éviter tout risque. Nous sommes prêts à accompagner l’université de Bejaïa dans le démarrage de son activité », a-t-il ajouté. Il s'agit là du deuxième communiqué que l'institut publie à ce sujet. Dans le premier, diffusé la veille, soit jeudi 16 avril, l'IPA se démarquait de la mise en service du laboratoire de dépistage du coronavirus de Bejaïa.

À lire aussi :  Voici le Top 10 des youtubeurs algériens les plus suivis

Le recteur rassure

De son côté, l'université Abderrahmane Mira reste confiante : "Les analyses des prélèvements se feront bel et bien au niveau du laboratoire de la faculté de médecine de l'université de Bejaïa. Nous recevrons la certification de l'institut Pasteur dans deux à trois jours et nous commencerons les analyses ", assure le recteur, Boualem Saïdani, à Radio Soummam.

Pour rappel, le laboratoire de dépistage du coronavirus de Bejaïa a été mis en service mercredi 15 avril en présence du professeur Idir Bitam. Ce dernier a affirmé que cet équipement pouvait effectuer 400 analyses par jour. "Nous allons procéder, pour commencer, à une quarantaine de tests quotidiens et faire en sorte d’augmenter notre capacité au fur et à mesure", avait-il déclaré.