L'Algérie compte renforcer les mesures sécuritaires au niveau de ses frontières avec le Maroc. Cette décision intervient à la lumière des nombreuses tentatives de trafic de drogue et l'augmentation remarquable en Algérie du flux de stupéfiants provenant du Maroc, en particulier des villes frontalières de l'ouest du pays, rapporte, ce lundi 8 avril, le média arabophone El Bilad.

Les autorités algériennes envisagent de mettre en place de nouvelles mesures afin de renforcer la sécurisation de ses frontières avec le Maroc. Ainsi, d'après la même source, l'Algérie envisage d'utiliser des caméras thermiques au niveau de certaines zones réputées comme étant très prisées par les trafiquants marocains, à l'image de Maghnia (Tlemcen), Tindouf, Naâma ou encore Bechar. Ces wilayas du sud algérien sont devenues les chemins des réseaux de trafic des substances illicites qui ont envahi le sol algérien.

Ce nouvel outil sophistiqué permettra notamment de traquer les trafiquants la nuit. En effet, les passeurs profitent de la période nocturne pour essayer d'atteindre le sol algérien à bord de véhicules à quatre roues motrices et avec l'aide de médiateurs algériens.

Les saisies de drogue en provenance du Maroc se multiplient

Il faut dire que le trafic de drogue depuis le Maroc prend de plus en plus d’ampleur ces derniers temps. Les saisies record à l’actif des gardes-frontières algériens renseignent sur la dimension inquiétante qu’a prise ce secteur de la délinquance qui brasse des quantités innombrables de kif traité. Selon les autorités algériennes, plus de 500 tonnes de résine de cannabis ont été saisies entre 2010 et 2016.

Le gouvernement algérien semble ainsi décidé à faire face à ce fléau qui ronge la société. Néanmoins, la mission semble difficile. En effet, la culture de cette drogue est sous le contrôle de puissants lobbies de l’autre côté de la frontière. Ces derniers mettent de gros moyens logistiques et humains, pour maintenir florissant ce marché qui représente une manne financière colossale.

Lire aussi : Le Maroc construit une base militaire près de la frontière avec l’Algérie