Le Ministère de la défense nationale (MDN) a réagi ce lundi 15 juin au meurtre qui a eu lieu dans la ville frontalière de Tinzaouatin, dans l'extrême sud de l'Algérie. Dans un communiqué publié sur son site Internet, le MDN a démenti l'information selon laquelle c'est un élément de l'Armée algérienne (ANP) qui a tiré sur un manifestant.

Selon les informations qui ont circulé sur les réseaux sociaux, des militaires algériens ont abattu un manifestant par balle, dans la localité frontalière de Tinzaouatin 500 km du chef-lieu de la wilaya de Tamanrasset. Mais selon le MDN, ce ne sont pas les éléments de l'ANP qui ont tiré sur le manifestant, mais des inconnus qui ciblaient les éléments des garde-frontières.

D'ailleurs, l'incident a eu lieu dans la localité malienne d'Ikhraben, limitrophe de Tinzaouatin. Le MDN parle d' « allégations infondées », en citant les accusations selon lesquelles des éléments de l'ANP ont ouvert le feu sur des individus à Ikhraben.

Des contrebandiers comme instigateurs, selon le MDN

« Ces événements se rapportent à une tentative, menée par des personnes connues par leurs activités suspectes dans la contrebande et le crime organisé, visant à détériorer le mur de sécurisation, en appelant les habitants à la violence et à la manifestation, dans une manœuvre visant à libérer l'étreinte sur leurs intérêts dans la région » explique le MDN dans son communiqué.

Selon le ministère de la Défense, des contrebandiers ont manipulé des habitants d'Ikhraben dans le but de desserrer l'étau des services de sécurité sur leur activité contrebandière. « Au moment où les éléments des Garde-frontières ont intervenu pour apaiser la situation, des coups de feu inconnus ont été ouverts depuis Ikhraben en direction des positions de nos Garde-frontières, ayant touché un individu parmi la foule, qui a été immédiatement évacué par les Garde-frontières pour être pris en charge par les services de santé, mais qui a succombé malheureusement à ses blessures », précise encore le MDN.

Le MDN conclut son communiqué par l'ouverture par le haut commandement de l'Armée algérienne d'une enquête « pour élucider les circonstances de cet incident ». Dans le même sillage, le même commandement « appelle à la vigilance quant à ce genre de rumeurs et de désinformations, usées par des parties hostiles, visant à perturber la situation dans cette région ».

Lire aussi : Voici pourquoi l’armée algérienne sera autorisée à intervenir hors de ses frontières