L'Algérie compte entamer en 2021 son programme de conversion des véhicules au GPL. Le ministère de la Transition énergétique et des Énergies renouvelables a assuré que l'Etat prendrait en charge 50% des coûts de ce programme.

En effet, le ministre de la Transition énergétique, Chems-Eddine Chitour, a révélé, dimanche 30 août, que l'Etat prendrait en charge 50% des coûts de conversion des véhicules au GPL. Il a fait savoir que les chauffeurs de taxi seraient prioritaires. A ce titre, il a révélé que 200 micro-entreprises importeraient 200 000 kits de conversion à raison de 300 euros l'unité.

Lors de sa visite d'inspection effectuée au niveau de la station GNC (Gaz naturel comprimé) de Naftal, à Rouiba (Alger), Chems-Eddine Chitour a annoncé la tenue d'une rencontre interministérielle ce lundi 31 août dans la capitale. Cette rencontre aura pour objectif la promotion des carburants propres, notamment le GPL et le GNC.

Le ministre a affirmé que la réunion regroupera quatre départements ministériels, à savoir le ministère de la Transition énergétique, celui de l'Energie, celui des Transports et le ministère des Start-ups.

Les actions à engager pour la réduction progressive des essences, du gasoil et du diesel seront aussi abordées lors du même conclave. L'autre axe de la rencontre portera sur le programme de conversion de 200 000 véhicules au GPL. Ainsi, Chems-Eddine Chitour a indiqué que l'Algérie misait énormément sur la rationalisation de la consommation d'énergie, notamment dans le secteur du transport qui absorbe à lui seul 40% de l'énergie produite. Ce programme, rappelle le ministre, consiste à réduire l'importation des carburants.

À lire aussi :  Richesse mondiale : La part des 1 % les plus riches a augmenté en 2021, selon le rapport Global Wealth

Lire aussi : Les pertes colossales des entreprises de l’énergie en Algérie