Les services de sécurité de la wilaya de Tiaret, au sud-ouest de la capitale Alger, ont arrêté une femme âgée d’une soixantaine d’années pour "sorcellerie et de charlatanisme". Déférée devant le juge, elle a été condamnée à deux années de prison ferme assortie d'une amende de 50 000 dinars, indique, ce vendredi 11 septembre, le média arabophone Ennahar.

Selon la même source, un mandat de perquisition a été délivré par les autorités judiciaires aux forces de l'ordre pour la fouille du domicile de la mise en cause. Sur les lieux, de nombreux objets "utilisés lors de séances de sorcellerie" ont été découverts et présentés à la justice comme des "pièces à conviction".

Deux années de prison ferme

Présentée en comparution immédiate devant le juge près le tribunal de Tiaret, la sexagénaire a été reconnue coupable de charlatanisme. Il a été établi qu'elle s'adonnait aux « rituels de magie noire » ainsi qu’aux sciences divinatoires (voyance). A l'issue du procès, le juge l’a condamnée à deux années de prison ferme. Elle devra, en plus de purger une peine de prison, verser une amende de 50 000 dinars.

En Algérie, le charlatanisme et la croyance en la sorcellerie prennent une ampleur grandissante dans la vie des citoyens. Pour rappel, vendredi 14 août, un feu s’est déclenché dans la maison d’un « raqi » à Tebessa, une wilaya de l'Est de l’Algérie.

À lire aussi :  Démantèlement à Béjaïa d'un réseau de faux visas dirigé par une femme

L'incendie a permis de dévoiler un véritable antre de sorcellerie. Des centaines de photos personnelles et d’objets utilisés par les charlatans pour tromper leur clientèle crédule ont été découverts sur les lieux par les riverains, qui ont accouru éteindre le feu. Prévenus, les services sécuritaires se sont rendus sur les lieux et ont arrêté l'occupant de la maison.

Lire aussi : Kabylie : Un couple arrêté pour sorcellerie et charlatanisme