La sécurité va être renforcée au niveau de toutes les ambassades françaises dans le monde, y compris en Algérie, mais aussi autour de tous les autres édifices représentant les intérêts français, comme les écoles, les lycées et les entreprises. C’est ce qu’a annoncé le ministre français des Affaires étrangères lors d’un conseil de défense organisé vendredi 30 octobre, à l'Elysée.

Au lendemain de l'attaque au couteau qui a fait trois morts à Nice, et dans un contexte de menace terroriste, le gouvernement français « a décidé de renforcer la sécurité aux abords de tous ses intérêts dans le monde ». Des instructions ont été passées aux ambassadeurs français dans le monde, pour que la sécurité soit renforcée dans les lieux en lien avec la France.

En Algérie, ce renforcement de la sécurité va être appliqué sur l'ambassade et sur tous les « membres de la mission diplomatique. Jean-Yves Le Drian, le ministre français des Affaires étrangères, a fait savoir que « les autorités locales apportent leur concours pour la sécurité de ces sites ».

Pour rappel, le torchon brûle entre la France officielle et le monde arabo-musulman, qui fut autrefois une des terres de prédilection de sa diplomatie. Beaucoup de pays musulmans appellent au boycott des produits français. Ces appels font suite au discours d’Emmanuel Marcon prononcé lors de la cérémonie d’hommages à Samuel Paty. Lors de son allocution, le président français s’est engagé à ne pas renoncer aux caricatures du prophète Mohammad.

Des déclarations qui ont déclenché un tollé, y compris en Algérie, où plusieurs personnalités politiques incitent à rejoindre le mouvement de boycott des produits français. Néanmoins, cette campagne n’est que très peu suivie en Algérie.