Les forces de l’ordre de la wilaya de Mostaganem ont procédé à l’arrestation d’un individu accusé de « charlatanisme et de profanation du coran ». Lors de la perquisition du domicile du suspect, la police a trouvé deux exemplaires déchirés et profanés du coran. 

Selon le site arabophone Ennahar, qui a rapporté l’information vendredi 12 février, le charlatan était en pleine séance de « sorcellerie » à son domicile au moment de son interpellation. L’opération de perquisition a également permis la saisie d’une importante somme d’argent en dinars et en devises. Le prévenu a été placé en garde à vue en attendant sa comparution devant la justice pour les chefs d’inculpation de « profanation de plusieurs exemplaires du livre saint de l’islam » et « fraude et escroquerie ».

Il faut dire que le phénomène du charlatanisme prend de plus en plus de place dans la vie des Algériens. C’est l’expression d’une société pour qui la recherche des thérapies faciles est devenue un apanage. Les charlatans sorciers profitent de cette vieille pratique qu’est la Roqia, dont les origines remontent à la période préislamique, pour s'adonner à des pratiques douteuses, qui causent souvent des drames.

La Roqia dite prophétique, ou charâiya, par référence à l’islam- car le procédé existe aussi dans les autres religions monothéistes- se limite à la lecture de passages du texte sacré. Il ne s’agit point de torture ou de médication à base de potions suspectes.

À lire aussi :  L'ancien DG de l'aéroport d'Alger à nouveau devant la justice

En janvier dernier, les éléments de la Sûreté de la wilaya de Relizane, dans le nord-ouest de l’Algérie, avaient procédé à l’arrestation de trois autres personnes accusées de « charlatanisme et de profanation du coran ». Les forces de l’ordre avaient surpris le principal mis en cause en compagnie de deux autres individus en plein « rituel de sorcellerie ».