Une actrice française d'origine algérienne a enfoncé Pierre Ménès, un consultant sportif français faisant l'objet d'accusations d'atteinte sexuelles. Il s'agit d'Alice Belaïdi qui affirme avoir été victime, elle aussi, de propos racistes et sexistes de la part du journaliste. 

« Moi aussi j’ai été victime de propos comme "sale bougnoule", ou "salope" de la part de Pierre Ménès. Donc, je me dis qu’heureusement la parole est libérée, et maintenant ces gens-là tombent, parce que ça suffit. Ça ne peut que nous toucher, hommes et femmes. Beaucoup de mes potes hommes sont contents que ça sorte aussi parce qu’ils en ont marre d’être associés à ces mecs-là », a déclaré la comédienne sur la chaîne Europe1, ce lundi 5 avril.

Alice Belaïdi, née d'un père algérien et d'une mère française, affirme qu'elle n'était pas restée de marbre devant ces propos. « Je lui ai répondu une vanne sortie du tac au tac. Je me suis mise à son niveau et je lui ai demandé s’il ne traînait qu’avec des gens gros puisque moi j’étais arabe mais je ne traînais pas qu’avec des arabes. J’ai joué la grossophobie basique et il a très mal pris que j’aie de la répartie et que je lui réponde », confie-t-elle.

« Moi aussi j’ai été victime de propos comme "sale bougnoule"»

La comédienne d'origine algérienne pense que les accusations portées contre le consultant sur l'usage du terme insultant « salope » sont fondées. « Je crois que c’était son mot. Ça devait représenter pour lui le regard qu’il avait sur les femmes. Mais c’est grave et c’est important d’en parler. Donc je trouve ça très courageux que toutes ces filles du milieu osent enfin prendre le micro pour parler de tout ça, parce que c’était indispensable », estime-t-elle.

Lire aussi : Victime de racisme et menacé de mort en France : Un maire d’origine algérienne témoigne