Les services de sécurité algériens ont réussi a arrêter 26 narcotrafiquants au niveau de la frontière algéro-marocaine. C’est ce qu’a indiqué le ministère de la Défense algérienne dans un communiqué.

Les trafiquants de drogue continuent de sévir dans la région ouest de l’Algérie, notamment aux frontières algéro-marocaines. Dans un communiqué diffusé mercredi 16 juin, le MDN a indiqué que les éléments de l’armée algérienne sont intervenus durant la période du 9 au 15 juin en cours, où ils ont réussi à arrêter pas moins de 26 individus qui ont participé à différentes opérations de trafic de drogue au niveau de la frontière entre l’Algérie et le Maroc.

« Des détachements combinés de l’ANP ont intercepté, en coordination avec les différents services de sécurité dans diverses opérations exécutées à travers les différentes Régions Militaires, (26) narcotrafiquants », a fait savoir le MDN dans son communiqué. La même source a ajouté que ces opérations ont abouti à la saisie de « (12) quintaux et (38,5) kilogrammes de kif traité que les bandes criminelles ont tenté d’introduire à travers les frontières avec le Maroc ».

Dans les détails, les mêmes services de sécurité ont indiqué que des détachements de l’ANP et les services de la Gendarmerie Nationale et des Garde-frontières ont arrêté, au niveau des territoires des 2e et 3e Régions militaires, (07) narcotrafiquants et saisi 11 quintaux et 98 kilogrammes de kif traité. Alors que « 19 autres narcotrafiquants ont été appréhendés et 40,5 kilogrammes de kif traité et 33856 comprimés psychotropes ont été saisis dans diverses opérations menées dans les autres Régions Militaires », ajoute la même source.

Il est à souligner que le phénomène de trafic de drogue dans cette région ne cesse de prendre de l’ampleur. En janvier dernier, l’Office national de lutte contre la drogue et la toxicomanie (ONLDT) a indiqué que plus de 88 tonnes de résine de cannabis ont été saisies en Algérie durant l’année 2020. « Au total, 88 702,581 kg de résine de cannabis ont été saisies durant l’année 2020, dont 55,52% dans la région Ouest du pays », a précisé l’Office dans son rapport, se référant au bilan des services de lutte contre les stupéfiants (Gendarmerie nationale, DGSN et Douanes).