L’ex-PDG de la Sonatrach Abdelmoumen Ould Keddour a été présenté ce jeudi 5 août devant le juge d’instruction au Pôle pénal spécialisé dans la lutte contre le crime financier et économique près le tribunal de Sidi M’hamed.

Ainsi, l’ex-PDG de Sontrach devra répondre à plusieurs chefs d’accusations, notamment en ce qui concerne l’affaire de la raffinerie d’Augusta. Abdelmoumen Ould Keddour a été extradé le 4 août vers l’Algérie depuis les Émirats arabes unis où il avait été interpellé sur la base du mandat d’arrêt international lancé par le tribunal de Sidi M’hamed. L’avion transportant l’ancien patron de Sonatrach, en fuite à l’étranger depuis 2019, avait atterri à l’aéroport de Boufarik en fin d’après midi.

Les images de l’arrivée de Ould Kaddour en Algérie ont été diffusés par les chaines de télévision privées. Des images qui ont suscité une grande polémique. En effet, selon des internautes, c’est une violation de la présomption d’innocence. D’autres jugent indécent de filmer un accusé de la sorte surtout au moment où un policier lui a enlevé son masque sans qu’il désinfecte ses mains alors que la pandémie du Covid-19 fait des ravages.

Graves accusations contre Ould Kaddour

Il faut souligner que cette extradition a eu lieu après plusieurs semaines d’attente. Les autorités émiraties ont donc répondu favorablement à la demande de la justice algérienne. Cette dernière avait mené de longues négociations avec les Émirats arabes unis pour que l’ex-PDG du groupe Sonatrach soit remis à l’Algérie.

Abdelmoumen Ould Keddour, président de la Sonatrach de 2017 à 2019, a été démis de ses fonctions le 24 avril 2019 durant le Hirak algérien. Il faisait l’objet d’un mandat d’arrêt international contre lancé par l’Algérie depuis février 2021. Son nom figure parmi les principaux accusés dans l’affaire de la raffinerie d’Augusta que la compagnie pétrolière nationale Sonatrach avait rachetée en 2018 pour un montant de plus de 700 millions de dollars. Il est également accusé dans une autre affaire. Cette deuxième affaire est lié aux marchés de gré à gré octroyés dans des conditions suspicieuses à BRC (Brown and Rooth Condor), une joint-venture entre Sonatrach et une des filiales de Halliburton, de droit algérien, dirigée par Ould Kaddour.