Le ministre algérien des Affaires étrangères, Ramtane Lamamra, a annoncé, ce mardi 24 août la rupture des relations diplomatiques entre l’Algérie et le Maroc.

La rupture des relations diplomatiques entre l’Algérie et le Maroc, très tendues, n’était qu’une question de temps. En conférence de presse au CIC d’Alger, le ministre algérien des Affaires étrangères, Ramtane Lamamra, a rendu public une déclaration du chef de l’État Abdelmadjid Tebboune, dans laquelle est annoncée la rupture des relations avec le pays voisin.

Rupture des relations entre l’Algérie et le Maroc : Lamamra énumère plusieurs raisons

Parmi les raisons de cette rupture, l’Algérie cite notamment le soutien de l’ambassadeur du Maroc à l’ONU au mouvement pour l’autodétermination de la Kabylie, ainsi que les déclarations du ministre israélien des Affaires étrangères lors de sa visite au Maroc. Durant cette dernière, le chef de la diplomatie israélienne avait souligné ses « inquiétudes au sujet du rôle joué par l’Algérie dans la région, son rapprochement avec l’Iran et la campagne qu’elle a menée contre l’admission d’Israël en tant que membre observateur de l’Union africaine ». Le responsable algérien a aussi rappelé le scandale d’espionnage, affaire « Pegasus », dans lequel le Maroc joue un rôle important. Il est aussi question du Sahara occidental. Ramtane Lamamra conclut en affirmant qu’« en tout état de cause, le Maroc refuse la logique du fait accompli ».

Qu’en est-il des ressortissants marocains en Algérie et algériens au Maroc ?

Ramtane Lamamra a tout de même tenu à préciser que la rupture des relations diplomatiques entre l’Algérie et le Maroc ne pénalisera pas les ressortissants des deux pays. Les administrations consulaires continueront d’effectuer leurs tâches dans le respect des usages internationaux, en Algérie comme au Maroc.