En France, une prière de rue n’est pas a priori illégale. Elle doit faire l’objet d’une déclaration auprès des autorités compétentes sur le territoire concerné. Toutefois, un député français est monté au créneau, dimanche 12 décembre, pour dénoncer ce qu’il qualifie de « provocation » suite à la tenue d’une prière musulmane en plein centre-ville de Challans par trois individus.

Une prière de rue musulmane tenue le 11 septembre dernier par trois individus en plein centre-ville de Challans, dans le département de la Vendée en région Pays de la Loire, n’est pas passée inaperçue chez un député LREM de Vendée. Ce dernier est allé jusqu’à qualifier cet acte de provocation, car cela coïncide avec la commémoration des attentats terroristes du 11 septembre 2001 qui ont endeuillé les États-Unis.

Trois individus ont accompli la prière musulmane en plein centre-ville de Challans

« En plein centre-ville de Challans, devant le laboratoire d’analyses Chevillon, rue du Maréchal de Lattre de Tassigny, entre 7 heures et 7 heures 30 ce samedi matin, trois individus équipés d’une sono puissante ont déroulé leur tapis de prière et commencé la prière musulmane du Chourouk », a déclaré dimanche 12 septembre le député Philippe Latombe au site Actu.fr.

L’élu de Vendée y voit une sévère provocation alors que cette prière musulmane du Chourouk a réveillé les riverains, vingt ans jour pour jour, après les attentats du 11 septembre 2001 aux États-Unis et au moment du déroulement du procès des attentats du 13 novembre en France.

« Cette manifestation de piété militante a provoqué un émoi justifié des Challandais »

« Vingt ans jour pour jour après les quatre attentats suicides islamistes qui ont fait près de 3000 morts, et 6000 blessés aux États-Unis, pendant que, convergence symbolique du calendrier, se déroule le procès des attentats du 13 novembre 2015 qui ont endeuillé notre pays, cette manifestation de piété militante, parfaitement orchestrée en pleine Foire des Minées, a provoqué – tel en était bien évidemment l’objectif – un émoi justifié des Challandais qui en ont été témoins », ajoute le député Philippe Latombe.

Selon la collaboratrice parlementaire du député vendéen, contacté par Actu.fr, les employés du laboratoire Chevillon se sont déclarés « tétanisés ». Toutefois, ajoute-t-elle « la sécurité des Challandais, à aucun moment, n’a été mise en danger ».

Les trois individus ont été interpellés par les gendarmes

Pour sa part, le député Philippe Latombe ajoute avoir averti rapidement la préfecture de la Vendée face à l’agissement de ces individus, avant d’avancer ceci : « les trois individus, dont l’un au moins est connu des services de police (j’ai d’ailleurs déjà eu l’occasion de m’entretenir avec la préfecture à son sujet), ont été interpellés par les gendarmes et seront soumis à des mesures individuelles de contrôle administratif et de surveillance, telles que prévues par l’article 3 de la loi de 2017 renforçant la sécurité intérieure et la lutte contre le terrorisme, dite loi SILT. »

L’acte a suscité plusieurs réactions chez les Français dont la plupart y ont vu une provocation. « Quel est leur but ? Choquer les chrétiens qui sont chez eux ou véritablement demander pardon à Dieu en posant leur front sur le sol ? L’islam est une religion du cœur, où est le leur ? », écrit un internaute sur Twitter.