L’Algérie figure sur la liste rouge de la France depuis le 21 août, à l’instar de la Tunisie et  du Maroc. La décision a été prise par le gouvernement français en raison de la flambée des contaminations au Covid-19 que connaissaient ces trois pays du Maghreb.

Toutefois, depuis le début du mois de septembre, la situation s’est nettement améliorée, notamment en Algérie, où le nombre des contaminés ne cesse de baisser pour atteindre moins de 300 cas par jour. Une situation qui a fait dire à de nombreux observateurs que les autorités française vont enfin retirer l’Algérie de la liste rouge pour les voyages et lever ainsi les restrictions appliquées au voyageurs en provenance d’Algérie.

L’Algérie, la Tunisie et le Maroc maintenus sur la liste rouge de la France

Le gouvernement français a publié, le 12 septembre, une actualisation de ses listes pour les voyageurs. Malheureusement rien n’a été fait dans ce sens, puisque le gouvernement français a décidé de maintenir l’Algérie – en compagnie du Maroc et de la Tunisie – sur sa liste rouge pour les voyages.

Les Algériens doivent avoir un motif impérieux pour se rendre en France

Ainsi donc, les voyageurs en provenance d’Algérie, qui ne sont pas vaccinés (ou vaccinés, mais avec un vaccin non reconnu en France), doivent avoir un motif impérieux pour se rendre en France. Les voyageurs doivent également présenter à l’embarquement, en Algérie, un test PCR ou antigénique négatif de moins de 48 h.

Les Algériens soumis à des tests et à un confinement en France

À leur arrivée en France, les voyageurs non-vaccinés en provenance d’Algérie subissent un test antigénique obligatoire à l’aéroport avant d’être soumis à une quarantaine obligatoire de 10 jours, contrôlée par les forces de l’ordre. Les passagers vaccinés sont exemptés de ces mesures. Néanmoins, des quatre vaccins reconnus en France (Pfizer, Moderna, AstraZeneca et Johnson & Johnson), seul l’AstraZeneca a déjà été administré en Algérie.