Au moins huit heures, c'est le retard fait par le navire d'Algérie Ferries, le Badji Mokhtar III, à l'occasion de sa première traversée effectuée entre le 1er et le 2 novembre, et ce après 20 mois de fermeture des frontières maritimes. Le nouveau ferry a rallié la capitale algérienne, Alger, à la ville phocéenne de Marseille avec beaucoup de retard, que de nombreux internautes ont dénoncé sur les réseaux sociaux.

En effet, le Badji Mokhtar III devait arriver au port de Marseille, le mardi 2 novembre à 11 heures. Mais il n'a accosté sur la rive nord de la Méditerranée qu'aux alentours de 19 heures. Soit avec huit longues heures de retard. Cela a provoqué la colère de beaucoup de ressortissants algériens qui ont fait de longs déplacements pour accueillir les leurs au port de Marseille.

Badji Mokhtar III : Un départ avec 8 h de retard

En fait, le départ a été retardé de plusieurs heures. Prévu le lundi 1er novembre à 16 heures, le navire d'Algérie Ferries n'a levé l'ancre qu'aux environs de minuit. Soit huit heures de retard. Même si cette situation a provoqué le mécontentement de certains ressortissants algériens, elle devrait rassurer les dirigeants de la compagnie maritime nationale puisque le Badji Mokhtar III a finalement fait le voyage avec la durée initiale de 19 heures.

Il importe de relever que ce retard est expliqué par le protocole sanitaire qui a été mis en œuvre par Algérie Ferries, dans le cadre de la lutte contre la propagation de la Covid-19. Le Badji Mokhtar III a finalement transporté un peu moins de 1100 passagers, et non 1500 passagers, comme annoncé dans un précédent article. Le ferry a également pris moins de 500 véhicules à l'occasion de cette première traversée Alger-Marseille. Rappelons que la capacité du Badji Mokhtar III est estimée à 1800 voyageurs et 600 véhicules.

Pour rappel, le navire d'Algérie Ferries, le Badji Mokhtar III, est un nouveau bijou construit dans un chantier en Chine. Il a été rapatrié durant l'été vers le port d'Alger, et ce, après environ deux mois de retard, dus à des réserves soulevées par les Algériens chargés de superviser la construction. Il a été inauguré, jeudi 28 octobre, au port d'Alger, en présence d'Aïmene Benabderrahmane, Premier ministre et ministre des Finances.