En France, le montant de la Zakat el-Fitr et de la Fidya augmente en 2024

Mosquée

Le montant de la Zakat el Fitr et de la Fidya ont été revus à la hausse cette année en France. C'est ce qu'a annoncé le Conseil théologique musulman de France (CTMF). Cette augmentation a été décidée pour répondre à certains conditions économiques et sociales que vit le pays, a expliqué la même source dans un communiqué publié sur son site.

Alors que le ramadan 2024 ne débutera que dans un mois, le CTMF se projette d'ores et déjà sur l'Aïd el-Fitr qui ponctue ce rendez-vous religieux. Cette fête est notamment marquée par l'acquittement de la zakat, dont le montant n'est pas constant ; il peut changer en effet d'année en année.

Nouvelle valeur de la zakat : Les précisions du CTMF

En France, le mondant est demeuré inchangé depuis 7 ans. Fixé à 7 euros/personne, ce montant a cependant été revu à la hausse, cette année. Les musulmans de France seront en effet appelés à s'acquitter de 9 euros lors du prochain Aïd el-Fitr, a fait savoir le CTMF sur son site. « Le CTMF a évalué la valeur de la Zakat el-Fitr en se basant sur le prix moyen de 2,5 kilogramme de riz, correspondant à la valeur du , utilisé par le prophète, selon le prix arrêté le 3 janvier 2024 », explique l'institution dans son communiqué. Le CTMF affirme que cette décision a été prise à cause des « diverses inflations annuelles observées dans le secteur alimentaire ».

La même source souligne par ailleurs que le montant de la Fidya a également été augmenté pour cette année 2024. La valeur passera en effet à 9 euros, a fait savoir l'instance religieuse. « Tenant compte des recommandations coraniques exigeant de nourrir convenablement et dignement un pauvre, ainsi que l'avis juridique le plus approprié pour répondre à cette exigence, le CTMF a opté pour l'avis préconisant une fidya équivalente à la zakat al-fitr », peut-on lire en effet sur le site du même conseil.

Précisant toutefois que « pour ceux qui ont les moyens, la somme de 9 euros reflète la valeur minimale de la fidya. Le Coran recommande en effet de donner plus que le minimum requis ». Il souligne en outre qu'« il est possible pour ceux qui ont des revenus modestes et qui ne peuvent pas s'acquitter d'une fidyah de 9 € de suivre l'avis juridique préconisant la moitié de la zakat al-fitr, soit une fidya de 4,5 €. Ceux qui sont dans l'incapacité de donner la somme de 4,5 € peuvent suivre l'avis juridique exigeant uniquement le quart de la zakat al-fitr, soit 2,25 € ».

Retour en haut
Share via
Copy link