La PAF d'Orly confisque un passeport algérien depuis près d'un an

Police française - PAF - policiers français - Passeport algérien

Un ressortissant algérien se retrouve dans une situation kafkaïenne après que son passeport algérien lui a été confisqué par la PAF de l'aéroport parisien d'Orly. Cette confiscation, qui dure depuis près d'un an, prive le concerné de sa liberté de mouvement et le confronte à une administration opaque et indifférente.

Le calvaire débute en avril 2023. Suite à un refus d'entrée sur le territoire français pour des raisons administratives, son passeport algérien est saisi par les autorités aéroportuaires d'Orly CDG. Motif invoqué : le document est partiellement déchiré et son numéro figure comme volé ou perdu dans le système d'information Schengen.

Sur un forum dédié aux droits des étrangers, le ressortissant algérien affirme que son passeport a été émis et vérifié par les autorités algériennes compétentes. De plus, il affirme que la déchirure est minime et n'affecte en aucun cas la validité du document. Malgré ses démarches et l'intervention du ministère algérien des affaires étrangères, le passeport n'est toujours pas restitué. Les autorités françaises se retranchent derrière des procédures administratives complexes et ne fournissent aucune information précise sur le délai de traitement.

Confiscation de passeport algérien : un cas loin d'être isolé

La confiscation de son passeport algérien prive l'homme de sa liberté de mouvement. Il ne peut ni voyager pour affaires, ni rendre visite à sa famille ou pour des raisons touristiques. Cette situation impacte gravement sa vie personnelle et professionnelle, générant un sentiment d'impuissance et d'injustice, souligne-t-il.

La dernière réponse qu’il a reçue de la part de la police centrale des aérodromes parisiens était que le passeport était remis aux services centraux pour analyse et après remis aux services consulaires algériens. Mais pour le moment, aucune trace du document de voyage.

Ce cas loin d'être isolé. De nombreux témoignages similaires font état de passeports confisqués par les autorités françaises, sans justification valable et pour des durées interminables. Face à l'absence de réponse claire et transparente de l'administration française, les victimes de ces confiscations se retrouvent diminuées. Les recours possibles sont longs, coûteux et incertains.

Retour en haut
Share via
Copy link