Ceux qui jeûnent doivent rester à la maison, l'avis tranché en France d'un coach sur le Ramadan

Antoine Kombouaré - Ramadan - Football France -

Un autre entraîneur du championnat de France s’est exprimé au sujet du Ramadan. Il s’agit cette fois du coach du FC Nantes, le revenant Antoine Kombouaré qui appuie la mesure de la Fédération française du football (FFF) et qui, plus encore, plaide pour une décision radicale dans la gestion de son équipe pendant le mois de carême.

Le Ramadan dans le football est un sujet qui fait encore débat en France. Des techniciens sont appelés, en effet, à s’exprimer sur la question alors que la FFF avait décidé au début du mois d’interdire les pauses permettant aux joueurs musulmans de rompre le jeûne durant les matchs. Une décision qui a fait polémique.

Interrogé sur le sujet, il y a quelques jours, l’entraîneur du Red Star, le Sénégalais Habib Beye, n’est pas allé par trente-six chemins pour dénoncer la disposition. Pour lui, il s’agit tout simplement d’une « discrimination religieuse ». Un avis que ne partagent cependant pas tous les techniciens exerçant en France. C’est le cas du coach du FC Nantes, Antoine Kombouaré qui affirme le contraire.

« Le Ramadan c'est un mois et c'est pénalisant pour eux sur la durée »

Le technicien calédonien a estimé en somme que le carême influençait négativement la vie au sein d’une équipe. Il a expliqué : « Pour être ensemble sur le terrain, ça passe par être ensemble pour manger le matin, au déjeuner et à la collation », a-t-il indiqué.

Et Antoine Kombouaré d’ajouter : « Jusqu'à présent, tout le monde est d'accord. Mais c'est entre gens intelligents et responsables. Ceux qui ne veulent pas suivre cette règle, il n'y a pas de sanction. Par contre, ils restent à la maison ».

Poursuivant sa plaidoirie, le coach des Canaris souligne que « dans la semaine, on gère. Il n'y a aucun souci. On fait des petits-déjeuners, ceux qui jeûnent ne viennent pas. On fait des déjeuners, ils ne viennent pas. Quand on double les séances, ils ne font que la séance du matin. L'après-midi, ils sont en soin ou en repos. Mais ils ne doublent pas, parce que le Ramadan c'est un mois et que c'est pénalisant pour eux sur la durée ».

Retour en haut
Share via
Copy link