Air Algérie fait du chantage sur les prix des billets, d'après un député

Abdelouahab Yagoubi sur fond d'un avion d'Air Algérie

Les prix des billets de la compagnie aérienne nationale Air Algérie font l'objet d'une vive controverse. Le député Abdelouahab Yagoubi, représentant des Algériens en France, a dénoncé des marges excessives pratiquées par la compagnie aérienne algérienne, qualifiant la situation de "chantage" envers les voyageurs.

En cette période de basse saison, les prix des billets d'Air Algérie suscitent déjà l'inquiétude. L'observation des tarifs actuels laisse présager une flambée des prix pour la saison estivale qui approche. Des vols aller-retour entre Alger et Paris atteignent des sommes exorbitantes, pouvant dépasser 700 euros. L'offre limitée, avec des vols saturés vers certaines destinations comme Paris, aggrave la situation et contraint les voyageurs à payer des sommes exorbitantes pour obtenir une réservation.

Le député Yagoubi pointe du doigt le manque de transparence dans la politique tarifaire d'Air Algérie. Il rappelle qu'une proposition de mise en place d'une commission pour étudier la structure des prix a été faite, mais que le problème est clair : les marges pratiquées par la compagnie sont excessives.

Air Algérie pratique des marges excessives

Abdelouahab Yagoubi veut s'attaquer au cœur du problème : les marges excessives pratiquées par Air Algérie. En analysant les coûts de fonctionnement, il estime qu'un vol aller simple Alger-Paris devrait coûter environ 70 euros par passager, même avec un taux de remplissage de 50%. Un calcul simple basé sur le prix de référence international renforce son argumentaire. Le coût de revient par passager ne dépasserait pas 80 dollars, soit environ 70 euros, pour un vol Alger-Paris.

Selon le membre de l'APN, le prix de référence international permet de faire un calcul simple. En effet, pour faire voler un Boeing 737 pendant une heure, il faut 6000 dollars. Pour la durée du vol Alger-Paris, soit deux heures de vol, le coût est donc de 12'000 dollars pour un aller simple.

Le député Yagoubi souligne que le monopole d'Air Algérie et la fermeture du marché aérien algérien sont les principales causes de cette situation. L'absence de concurrence permet à la compagnie nationale de pratiquer des prix abusifs sans se soucier des besoins des voyageurs.

L'ouverture du marché à la concurrence

Face à cette situation inacceptable, le député Yagoubi appelle à une réforme urgente du secteur aérien algérien. L'ouverture du marché à la concurrence et la mise en place d'une régulation transparente sont des mesures essentielles pour garantir des tarifs justes et accessibles à tous les voyageurs.

Selon le député, le problème des prix exorbitants des billets d'Air Algérie est une question d'intérêt national qui mérite un débat public approfondi. La voix des voyageurs doit être entendue et des solutions concrètes doivent être mises en place pour mettre fin à ce "chantage" et garantir un accès équitable au transport aérien.

Retour en haut
Share via
Copy link