Anis Rahmani vs Tartag
Anis Rahmani vs Tartag

Le torchon brûle entre le directeur du groupe médiatique Ennahar, Anis Rahmani et ce qu’il qualifie des «services des renseignements», après l’arrestation du  journaliste Smail Djerbal, rédacteur en chef du site électronique d’information Alg24 appartenant au même groupe.

La chaîne de télévision privée Ennahar TV, pourtant connue pour sa proximité avec les cercles du pouvoir au plus haut sommet de l’Etat, dénonce des menaces et une «arrestation arbitraire en dehors des lois de la république», avant de diffuser un enregistrement vocal d’une présumée communication téléphonique entre le directeur du groupe Ennahar Anis Rahmani et celui qu’on présente comme directeur du Centre Principal des Opérations du Contre-Espionnage dit «Centre Anter» localisé à Benaknoun dans la banlieue d’Alger.

Le Président Directeur Général du Groupe Média Ennahar, Anis Rahmani monte au créneau et demande une procédure dans «le cadre des lois de la république» face à son interlocuteur qui demande la suppression d’un article sur le site Alg24 et l’envois de son auteur au «centre Anter» avec des garanties de le «relâcher dans quelques heures». Anis Rahmani s’en prend directement au chef de la Direction des Affaires de Sécurité, Athmane Tartag dit Bachir (Voir vidéo ci-dessous).

L’article dont les «services» demandent la suppression, se demande sur le rôle que devrait jouer la Direction des Affaires de Sécurité dirigée par Athmane Tartag dit Bachir, dans la crise qui bloque l’Assemblée Populaire Nationale.

Le journaliste  mis en cause se montre très critique envers le descendant du Département des Renseignements et de la Sécurité (DRS) dissous depuis le limogeage de son patron Mohamed Mediène dit Toufik. Ce derniers aurait été plus efficace dans ce genre de crise selon le rédacteur de l’article inititulé :«Crise à l’APN : où est passé le département de Tartag ?».

+D’Infos