Échec cuisant des islamistes à Bejaia.
Échec cuisant des islamistes à Bejaia.

Le discours religieux extrémiste ne sera plus toléré sur les chaînes de télévision privées. Mohamed Aïssa, ministre des Affaires religieuses et des wakfs a assuré, à l’issue d’une réunion avec M. Zouaoui Benhamadai, président l’Autorité de régulation de l’audiovisuelle (ARAV), que la lutte contre le discours subversif « est une nécessité ».

Dans la ligne de mire du ministre, ces chaînes de télévision privées qui diffusent, à tout va, des prêches religieux sans aucun référent religieux national. Le ministre a mis l’accent, lors de la rencontre avec le reponsable de l’arav, sur « la nécessité d’œuvrer pour la promotion d’un discours religieux modéré qui soit au service de l’Algérie ».

M. Aïssa a appelé, dans le même cadre, à « lutter contre les discours subversifs dans les différents médias, notamment audiovisuels, et les autres supports médiatiques avec leurs multiples réseaux qui prônent la radicalisation violente, le sectarisme et les idées étrangères aux valeurs nationales et à l’identité algérienne ».

Le ministre a rappelé, à ce propos, le rôle « important » que doivent jouer les médias dans cette mission, en veillant à diffuser des programmes qui reflètent l’image « saine » de l’Algérie. Il a invité les acteurs concernés à « conjuguer leurs efforts et à adopter une démarche commune pour sécuriser la vie intellectuelle des Algériens, faire face aux dépassements et aux dérives à tous les niveaux et à lutter efficacement contre toute tentative d’invasion sectaire et confessionnelle de notre société ».

M. Aïssa a annoncé, à cette occasion, que des rencontres seront organisées prochainement pour débattre de questions relatives à la religion, dont un colloque prévu le 4 décembre à Guelma avec pour thème « Le discours religieux dans les médias ». De son coté, M. Benhamadi a précisé que la réunion « a permis aux  deux parties d’échanger les vues et les opinions sur le discours religieux dans notre société », exprimant le souhait que ce discours « soit toujours inspiré du référant religieux de l’Algérie ».

Il s’est exprimé, à ce propos, pour « un large débat et une concertation entre l’ensemble des acteurs concernés pour parvenir à installer un cadre qui permettra de réguler ce discours ». Le ministre a annoncé qu’une liste de « personnes » à interdire sur les plateaux de télévision pour aborder le discours religieux sera, bientôt, rendue publique.

  • Recommandations

  • Qu'en pensez vous ?