Le ministère du commerce prendra de nouvelles mesures dès le début de l’année 2018 pour encadrer davantage les opérations commerciales avec les pays étrangers. Une liste de près de 900 produits seront ainsi interdits d’importation, a fait savoir le ministre du commerce Mohamed Benmerradi hier mardi.

Ainsi, les fruits secs, les fromages, les fruits frais, les légumes frais, les viandes, le thon, les dérivés du maïs, les préparations de viande, le chewing-gum, les bonbons et chocolats, les pâtes alimentaires, les viennoiseries, les dérivés de céréales, les conserves de légumes, les tomates préparées ou conservées, les confitures, les gelées, les fruits conservés, les préparations alimentaires, les préparations pour soupes et potages et les eaux minérales ne seront plus importés dès le début de l’année prochaine.

le papier, le ciment, les détergents, les produits plastiques finis et semi-finis, les produits hygiéniques, le marbre et le granite, le papier hygiénique, les tapis, la céramique finie, les glaces et verres, les moissonneuses-batteuses, les articles de robinetterie, les fils de câbles, les meubles, les lustres, les articles électroménagers et les téléphones mobiles sont également inclus dans la liste des produits interdits d’importation. Les bananes, l’ail et les viandes bovines ne seront en outre pas concernés par ces nouvelles mesures.

À noter que l’Algérie, qui passe par une crise financière depuis quelques années du fait de la chute des prix du pétrole, a décidé de réduire drastiquement ses importations. Les produits contenus dans la liste sus-citée ont ainsi coûté 1,5 milliard de Dollars à l’Algérie entre janvier et octobre 2017, a annoncé le ministre du commerce. Des dépenses en devises que les autorités veulent coûte que coût réduire pour faire face à la crise actuelle.