La hausse des prix du pétrole, amorcée depuis quelques semaines, se poursuit toujours avec un nouveau sommet enregistré hier par le Brent, référence pour le pétrole algérien.

Ainsi, le baril de Brent a franchi hier jeudi la barre symbolique des 80 Dollars pour atteindre les 80,50 Dollars, établissant ainsi un nouveau plus haut jamais atteint depuis novembre 2014. Les prix du Brent ont clôturé la séance d’hier à 79,30 Dollars.

Avec cette hausse principalement due à la montée de la crise entre l’Iran et les États-Unis, deux des plus gros producteurs mondiaux, les observateurs de ce marché n’excluent pas la possibilité d’un baril qui pourrait atteindre les 100 Dollars d’ici les prochains mois, si cette crise entre les deux pays se poursuit toujours.

À noter qu’à 80 Dollars, le prix du baril reste ainsi largement au dessus des prix jugés « suffisants » par l’Algérie pour se redresser de la crise financière qu’elle vit depuis le début de la chute des prix sur les marchés mondiaux. Le PDG de l’entreprise nationale Sonatrach, Abdelmoumen Ould Keddour, avait ainsi déclaré il y a quelques semaines qu’un baril à 75 Dollars était un prix suffisant pour que l’Algérie se sorte de cette crise.