Après avoir vécu 57 ans aux USA, il découvre par hasard qu'il est algérien
Après avoir vécu 57 ans aux USA, il découvre par hasard qu'il est algérien

Après avoir vécu 57 ans aux États-Unis, c’est par un pur hasard que l’écrivain et poète américain Djelloul Marbrook a découvert qu’il était d’origine algérienne. Rencontré par la chaîne de télévision arabophone Al-Hurra, le poète américain revient sur cet épisode qui a changé sa vie.

C’est en 1991, à l’âge de 57 ans, que Djelloul Marbrook fait par hasard la rencontre de Mbarka Farhati, ancienne directrice du musée National Nasreddine Dinet de Bou-saâda, et ce lors d’une exposition de tableaux organisée à Washington par la mère du poète, qui n’est autre que l’artiste peintre Juanita Guccione (1904-1999). « Ma rencontre avec Mbarka Ferhati m’a permis de connaitre la vérité sur mon pays natale,  dés qu’elle m’a annoncé cette nouvelle, je me suis senti renaître ! » affirme le poète américain, et d’ajouter « durant longtemps, j’ai vécu sans pouvoir connaitre mes origines… ».

Selon ses déclarations, Djelloul Marbrook a découvert lors de cette rencontre qu’il était originaire de Bou-saâda (wilaya de M’sila), qu’il avait des frère et une grande famille en Algérie, mais également que on père, qu’il croyait mort, avait vécu en Algérie jusqu’en 1978.  «  Ma mère  m’a caché la vérité,  mon père a vécu en Algérie jusqu’en 1978, alors même qu’elle m’a toujours dis qu’il était mort, et ce avant même que je puisse voir le jour » a-t-il déclaré.

Ainsi, le poète américain, auteur du recueil « loin d’Alger », rêve de visiter son pays natal, qu’il a quitté à l’âge de deux mois seulement pour aller se soigner aux États-Unis. « Avant de partir de ce monde, je souhaiterai  avoir un passeport Algérien,  et un certificat de naissance Algérien, ainsi je serai libre de voir mon pays quand bon me semble » a-t-il dit.

3 Commentaires

Qu'en pensez vous ?