héritage

Le débat fait rage depuis que le président Tunisien Béji Caïd Essebsi a promis le 13 août de soumettre un projet de loi pour modifier le code du statut personnel. Actuellement, et comme dans la majorité des pays musulmans, la loi prévoit, une plus grosse part pour un homme (héritier) que pour une femme (héritière), respectant ainsi le verset du Coran. 

Les pays du Moyen-Orient et les pays Nord-Africains assistent actuellement à des soulèvements et des revendications de la part des associations et des mouvements féministes qui veulent une parité absolue. Cependant une contradiction règne dans les pays musulmans : l’inégalité dans l’héritage est incompatible avec des Constitutions nationales qui proclament l’égalité des sexes…

 

Lire la suite sur Maghrebelle