Boycott de la langue arabe
Photo: Boycott de la langue arabe

Après le Lycée des At Zmenzer, la campagne de boycott de la langue arabe, conduite sur les réseaux sociaux, s’étend à présent dans la wilaya de Tizi Ouzou.

En effet, l’appel anonyme lancé sur les réseaux sociaux, il y a quelques semaines de cela pour le boycott de la langue arabe s’est largement propagé dans plusieurs lycées, aux quatre coins de la wilaya de Tizi Ouzou.

Les lycéens des Ouadhias et ceux de Tizi n Tlata ont gelé les cours ce matin. Par la suite, ils se sont donnés rendez-vous au centre-ville pour improviser une marche. Selon des sources sur place, plusieurs mineurs ont été arrêtés par la police. Ils étaient suspectés d’appartenir au mouvement indépendantiste dirigé par Ferhat Mehenni. De même, à Bouzeguene où les cours d’arabe sont également boycottés, les lycéens ont improvisé une marche sous le même mot d’ordre que celui des Ouadhias : « Ma Ulac Tamazight, Ulac Taɛrabt » (s’il n’y a pas de Tamazight, il n’y a pas d’Arabe) après avoir observé un sit-in.

Au total, c’est environ une dizaine de lycées qui sont entrés en grève de langue arabe pour suivre le mouvement de protestation lancé sur les réseaux sociaux. Parmi les régions qui boycottent l’enseignement de l’arabe, nous comptons Tasaft Uguemoun, Tizi Ghennif, Freha, Maatkas, Makouda, Mekla, Djamaa Saharidj.

Lire également: Tizi Ouzou: des lycéens boycottent l’enseignement de la langue arabe

#s3gt_translate_tooltip_mini { display: none !important; }