Photo : Abdelaziz Bouteflika et Emmanuel Macron
Photo : Abdelaziz Bouteflika et Emmanuel Macron

L’Algérie applique le principe de la réciprocité dans ses relations avec la France dans une crise diplomatique inavouée. C’est ce qu’a décidé le ministre des Affaires étrangères Abdelkader Mssahel, suite à un rapport de la mission diplomatique algérienne à l’hexagone, a t-on appris de sources proches du dossier.

Si les deux représentations diplomatiques française et algérienne, ne laissent pas fuiter des signes d’une détérioration des relations entre les deux pays, la décision prise par le ministre algérien des affaires étrangères de priver les structures françaises en Algérie de la protection policière, en dit le contraire.

En effet, selon des indiscrétions parvenues à Observ’Algérie, Abdelkader Mssahel a décidé d’appliquer le principe de réciprocité suite à un rapport de la mission diplomatique algérienne à Paris, indiquant que le gouvernement français a décidé de «ne plus affecter de protection policière devant l’ambassade d’Algérie à Paris».

La mesure décidée par le chef de la diplomatie algérienne est en vigueur depuis Mercredi 19 Septembre. Ainsi, toutes les structures diplomatiques françaises en Algérie, sont privées de protection policière, en place rappelons le, depuis les années 90. Il s’agit notamment du siège de l’ambassade, de la résidence de l’ambassadeur et des sièges des consulats à Oran et Annaba.

Lire également: L’ancien ambassadeur de France en Algérie critique virulemment  Bouteflika