Photo archive: le président français Emmanuel Macron
Photo archive: le président français Emmanuel Macron

Le président français Emmanuel Macron, qui a reconnu il y a quelques jours la responsabilité de son pays dans la mort de Maurice Audin a décidé d’entreprendre un autre geste à l’adresse des harkis, ces algériens engagés du côté de la France pendant la guerre de libération nationale.

Emmanuel Macron a ainsi fait élever vingt-six harkis et représentants d’organisations de harkis au sein de l’ordre de la légion d’honneur et du mérite. Cette décision  du président français, prise hier vendredi a été favorablement accueilli par les différentes organisations représentatrices des harkis en France, qui attendent d’autres annonces à l’occasion du 25 septembre prochain, journée nationale française d’hommage  au harkis.

Accusant la France de les avoir « abandonnés » en Algérie après la fin de la guerre, les harkis réclament notamment une loi reconnaissant la responsabilité française dans leur sort, ainsi que des indemnisations – estimées à pas moins de 40 milliards d’Euros – pour les biens qu’ils ont abandonnés lorsqu’ils ont fui l’Algérie en 1962.

À rappeler que le président français a remis il y a quelques une lettre à la veuve de Maurice Audin, dans laquelle il a reconnu la responsabilité de son pays dans la disparition de ce militant communiste arrêté à Alger en 1957 car soupçonné d’héberger des militants du FLN chez lui. Cette démarche d’Emmanuel Macron a suscité des réactions mitigées, notamment de la part de l’extrême-droite française.