Lutte contre la fuite des capitaux et de devises: Échec et Mat!
Lutte contre la fuite des capitaux et de devises: Échec et Mat!

 

La lutte contre les importateurs fraudeurs sur les devises et la fuite des capitaux « nécessite du temps pour arriver au bout de ce phénomène qui épuise l’économie du pays ».

C’est ce qu’a indiqué le ministre des Finances, Hadji Baba Ammi, à Alger, estimant que cette lutte devra être renforcée «par des moyens de l’administration des douanes pour assurer un contrôle plus rigoureux des opérations d’importations».

Rappelant les mesures prises par son département, il citera la mise en place en 2016 d’un groupe de travail chargé du suivi de la situation financière des importateurs au niveau de la Banque d’Algérie.

M Baba Ammi a également précisé que la Banque d’Algérie avait défini les moyens de contrôle de la surface financière des importateurs.

Ainsi, l’importateur doit présenter un bilan, un compte des résultats et une déclaration des impôts.

Le ministre a aussi évoqué le renforcement des moyens des douanes par la possibilité d’adhérer à des bases de données étrangères permettant de contrôler la valeur réelle des marchandises.

De même, le contrôle du fichier des fraudeurs a été récemment renforcé par l’utilisation du NIF (numéro d’identification fiscale) et le NIN (numéro d’identification nationale) qui permettent de contrôle d’une manière précise l’importateur et la traçabilité.

Nassima Benmalek

Qu'en pensez vous ?