la CLTD fait désormais partie du passé
la CLTD fait désormais partie du passé

La Coordination pour les libertés et la transition démocratique (CLTD) a disparu du paysage politique national. Après des mois, voire des années de tentatives de constituer un bloc uni contre le régime en place, ce conglomérat s’est, subitement, effrité.

Avec du plomb dans les ailes, cette coordination n’a pas réussi à ratisser large au sein de la société. Vue comme un « un rassemblement » contre nature, les partis de la Coordination ont pour une grande majorité de ses membres, du moins, un dénominateur commun, ayant soutenu le chef de l’Etat. Le RCD, le MSP, le parti d’Ali Benflis…, toutes ces formations représentées dans un des nombreux gouvernements de Bouteflika.

Si la participation aux élections est justifiée par la nouvelle loi électorale, il n’en demeure pas moins que ces partis ont tous participé à « légitimer le calendrier du régime », contre qui, ils réclament une période transition. A cela s’ajoute le fait que ces partis se sont retrouvés dans l’impossibilité « de former un bloc uni pour les législatives », ce qui dénote, à vrai dire, de la faiblesse de ces partis.

Il faut souligner que les appétits ouverts à l’approche des élections ont accélérer la mise à mort de cette coordination, où chaque formation s’est engagée, en solo, dans la course et surtout dans de probables négociations pour des probables quotas.

La CLTD aura, néanmoins, révélé l’importance de la faiblesse de l’opposition, en un moment où le régime se retrouve acculé par la crise et donne des signes de détresse.

 

  • Recommandés Pour Vous

  • Qu'en pensez vous ?