Le chef de l’État, Abdelaziz Bouteflika, compterait apporter de nouvelles révisions au Projet de loi des finances complémentaire 2018 (PLFC 2018) lors du conseil des ministres qui se tiendra demain jeudi.

En effet, selon plusieurs sources concordantes, le chef de l’État envisagerait d’apporter des révisions audit projet de loi, qu’il avait déjà renvoyé au gouvernement d’Ahmed Ouyahia auquel il avait demandé de réviser l’amendement relatif à l’attribution des concessions agricoles aux étrangers.

Selon les mêmes sources, le chef de l’État devrait revoir les nouvelles taxes relatives à la délivrance des documents d’identité biométriques, qui ont suscité une levée de boucliers de la part de l’opinion public nationale après leur publication il y a quelques jours.

« Le développement a un prix » :

Concernant justement les nouvelles taxes sur la délivrance des documents d’identité biométriques, il est à rappeler que le ministre de l’intérieur et des collectivités locales, Noureddine Bedoui, avait estimé il y a quelques jours que « si nous l’informatisation, le développement et la modernité, ils sont un prix » en indiquant que les tarifs imposés par le gouvernement étaient inférieurs à ceux imposés dans d’autres pays. Le même ministre a donné l’exemple de la France, où la délivrance d’une carte d’identité biométrique coûterait la somme de 33 Euros selon ses déclarations.

De même, le premier ministère a estimé que les taxes sur les documents biométriques contenues dans le PLFC 2018 reflétaient le coût de production de ces documents, et n’étaient pas élevées au regard de la période de validité de ces documents qui est comprise entre 5 et 10 ans.

À noter qu’une fois étudié et approuvé par le conseil des ministres, le projet de loi sera soumis à l’étude et à l’approbation de l’Assemblée populaire nationale (APN), devant laquelle les ministres du gouvernement présenteront, chacun selon son domaine, les dispositions contenues dans le texte.