Sellal «député en 2017» ou «Président en 2019»: Ce que pense le RCD
Sellal «député en 2017» ou «Président en 2019»: Ce que pense le RCD

 

«Il y a des conflits importants au sein du pouvoir, notamment en ce qui concerne les élections présidentielles de 2019. Tout le monde sait que nous sommes dans un pays où personne ne peut deviner celui qui sera élu en 2019 et dans quelle situation sera le Président actuel, s’il va se représenter ou pas».

C’est ce qu’a déclaré, à l’instant, le président du Rassemblement pour la culture et la démocratie (RCD), Mohcine Belabbas, à l’issue d’une réunion ordinaire du Conseil national de son parti.

Aussi, le chef de file du RCD est revenu sur la probable participation du Premier ministre, Abdelmalek Sellal, aux élections législatives du 4 mai.

A ses yeux, M Belabbas a révélé n’avoir «aucune informations à ce sujet. Comme tout le monde, j’ai déjà entendu parler de forces qui tentent de le pousser à se présenter aux législatives dans le but de l’empêcher de se présenter aux élections de 2019».  suggère-t-il.

Devant le Conseil national, M Belabbas a évoqué, d’emblée, la crise que traverse l’Algérie. «Elle fait peser une lourde menace sur notre vivre ensemble jusqu’à notre souveraineté. La gravité de la situation économique doit nous inquiéter au plus haut point. Tous les clignotants sont au rouge», a-t-il indiqué.

Il dira encore que les violations des droits de l’homme est en marche. «Des activistes politiques et autres blogueurs sont interpellés et jetés en prison pour de simples publications sur les réseaux sociaux. Les violences politiques, les pressions et le chantage à l’encontre des citoyens sont quotidiens. Le nombre de détenus sans cesse croissant pour délit d’opinion ou pour une simple appartenance à un courant politique plonge le pays dans l’arbitraire et la peur», a développé M Belabbas.

 

  • Recommandés Pour Vous

  • Qu'en pensez vous ?