Photo : Matteo Salvini
Photo : Matteo Salvini

Le ministre italien de l’Intérieur, Matteo Salvini a réitéré sa volonté de se rendre en Algérie où il compte discuter du dossier des migrants clandestins, qui arrivent chaque année par centaines dans le Sud de l’Italie à partir des côtes algériennes.

Dans un entretien accordé au quotidien sarde L’Unione Sarda, le ministre italien de l’intérieur a ainsi estimé que « nous devons intervenir pour stopper l’arrivée des embarcations transportant 10 à 15 personnes, ces embarcations arrivent essentiellement d’Algérie et de Tunisie ». « La seule manière d’agir est de nous rendre sur place (en Algérie et en Tunisie, ndlr) comme je l’ai fait en Libye » a dit Matteo Salvini.

Le ministre italien, membre de la Ligue du Nord (extrême-droite) a également haussé le ton face à ses opposants. « Ceux qui m’insultent maintenant sont restés silencieux ces dernières années, quand plus de 15 000 personnes sont mortes (en Méditerranée, ndlr). Un massacre, un stade de football » a déclaré M.Salvini. « Mon objectif est de réduire les départs, réduire les arrivées, réduire les décès » a-t-il ajouté.

Par ailleurs, le ministre italien a également évoqué le message qui lui avait été adressé il y a quelques jours, concernant la possibilité de faire appel à la marine militaire italienne pour stopper l’arrivée des migrants clandestins. « Nous y travaillons depuis quelques jours » a-t-il indiqué.

Plus de prise en charge des migrants :

Matteo Salvini a également indiqué que le gouvernement italien compte bloquer les fonds réservés à la prise en charge des migrants clandestins, estimés à 23 Euros par jour et par personne. Ces fonds seront octroyés comme aide financière au pays d’origine des migrants, a précisé le ministre italien.

Rappelons qu’il y a quelques jours, Matteo Salvini avait annoncé sur Twitter l’intention du gouvernement de son pays d’octroyer une aide d’un (1)  milliard de Dollars aux pays d’Afrique du Nord dont l’Algérie, et ce dans le but de développer l’économie de ces pays et de stopper l’arrivée des migrants sur le sol italien.