Photo : Bernard Bajolet
Photo : Bernard Bajolet

L’ancien ambassadeur de France en Algérie, Bernard Bajolet est revenu à la charge et a de nouveau critiqué le pouvoir algérien et le chef de l’État Abdelaziz Bouteflika.

L’ancien diplomate, dont les critiques émises à l’égard du chef de l’État ont fait grincer des dents du côté algérien, est une nouvelle fois revenu à la charge lundi 24 septembre en étant invité de l’Association de la presse diplomatique.

L’ancien chef de la DGSE (Direction générale de la sécurité extérieure) a d’abord tenu à expliquer ses précédents propos : « soyons clair. Je souhaite longue vie au président Bouteflika : je ne suggère donc pas qu’on le débranche » a-t-il dit avant d’émettre de nouveau des critiques à l’adresse du pouvoir en place à Alger. « Cette momification du pouvoir algérien sert certains groupes qui, ainsi, se maintiennent au sommet et espèrent continuer à se maintenir et à s’enrichir. » a-t-il déclaré.

À rappeler qu’il y a quelques jours, Bernard Bajolet avait virulemment critiqué le chef de l’État Abdelaziz Bouteflika dans un entretien accordé au Figaro, déclarant notamment que celui-ci était « maintenu en vie artificiellement ». Ces déclarations de l’ancien diplomate, qui vient de publier ses mémoires sous le titre  « le soleil ne se lève pas à l’Est » ont suscité plusieurs réactions en Algérie, notamment de la part du Secrétaire Général du FLN Djamel Ould Abbès.