Amar Ghoul, président de Taj
Amar Ghoul, président de Taj

C’est aujourd’hui que les travaux du conseil national du parti Tajmou amel el djazair (TAJ) ont été clôturés. Lors du point de presse animé, ce matin, par son président, M. Amar Ghoul, ce dernier a tenu à réaffirmer son soutien « total et indéfectible » au chef de l’Etat, Abdelaziz Bouteflika. « Notre soutien au président Bouteflika émane d’une conviction, d’un engagement sincère que nul ne pourra le faire changer », a dit Amar Ghoul sous l’ovation des membres du CN de sa formation. Il a estimé que les sorties sur le terrain du chef de l’Etat « est un démenti cinglant à ceux qui remettent en cause la légitimité des institutions, à ceux qui pensent que le pays n’est pas géré et n’est pas gouverné ».

La sortie, ce matin à Alger d’Amar Ghoul se veut aussi un message aux militants de Taj. Il a tenu, ainsi, à revenir sur les dossiers chauds de l’actualité, notamment, les prochaines élections législatives auxquelles son parti est d’ores et déjà engagé. « Ces élections sont importantes. De ce fait, le Taj jouera les premiers rôles », a-t-il clamé devant les militants, avant de rappeler que les listes de Taj aux législatives « seront faites exclusivement de jeunes ».

Sur un autre volet, il s‘est pris  à certains partis de l’opposition, lesquels, selon lui, s’attellent « à noircir l’image du pays ». Pour lui, « ces agissements répondent à un agenda étranger » qui « vise la paix et la stabilité du pays ». Comme rempart à ces « menaces », il a préconisé « le renforcement de la Réconciliation nationale » pour en faire « une culture nationale », à travers laquelle « les conflits et les différends seront réglés dans l’avenir ». Il a appelé, par ailleurs, l’opposition « à critiquer », sans verser « dans la culture du découragement, de la diffamation et de l’invective », estimant que « la sécurité nationale est l’affaire de tous ».

Interrogé sur la position du parti vis-à-vis du décès du journaliste Mohamed Tamalt au cours de sa détention, il a, après avoir présenté ses condoléances à la famille du défunt, souligné que « ce malheur » ne doit être un « tremplin pour noircir l’image du pays ». Concernant l’échec du Forum africain des affaires et le quiproquo né entre le gouvernement et le FCE, il a suggéré « un département économique » dans chaque ambassade, avant de déclarer que ces d’événements doivent être organisés, dans l’avenir par une institution de l’Etat.

Concernant les élections, il a révélé que le Taj installera, aujourd’hui, la permanence nationale des élections, avec ses démembrements dans les wilayas et à l’étranger. La commission nationale de candidatures et celles locales seront aussi installées aujourd’hui.

  • Recommandations

  • Qu'en pensez vous ?