Photo : Saïd Bouhadja
Photo : Saïd Bouhadja

Le bureau de l’Assemblée populaire nationale (APN), qui s’est réuni ce mercredi après-midi sur fonds de crise touchant la chambre basse du parlement algérien, a décrété vacant le poste de président de cette assemblée occupé par Saïd Bouhadja.

À l’issue de cette réunion, les représentants du bureau de l’APN ont annoncé avoir saisi la commission juridique de la même assemblée, qui devra confirmer la vacance du poste occupé par Saïd Bouhadja avant que les députés ne votent pour élire un nouveau président de la chambre basse du parlement.

Cette décision du bureau de l’APN, qui équivaut donc à un limogeage pur et simple de Saïd Bouhadja, a été prise suivant l’article 10 du règlement intérieur de cette assemblée, qui prévoit qu’« en cas de vacance de la présidence de l’Assemblée Populaire Nationale par   suite de démission, d’incapacité ou d’incompatibilité ou de décès, il est   procédé à l’élection du Président de l’Assemblée populaire nationale suivant   les mêmes modalités prévues par le présent règlement intérieur, dans un délai   maximum de quinze (15) jours à compter de la déclaration de la vacance. ». Le bureau de l’APN s’est basé sur l’aspect de « l’incompatibilité » pour déclarer la vacance du poste de Saïd Bouhadja, a-t-on indiqué.

Saïd Bouhadja, qui refuse de déposer sa démission depuis le début de cette crise, n’a pas réagi à cette décision. À noter que les députés de la majorité au sein de l’APN ont également fermé l’accès principal de l’hémycle Zighoud Youcef, et entendent empêcher le troisième homme de l’État d’accéder à son bureau.