Hauts gradés de l'Armée algérienne
Hauts gradés de l'Armée algérienne

Mohamed Khelfaoui, ex-responsable au sein du Département du renseignement et de la sécurité (DRS, dissous) s’est exprimé sur l’affaire des cinq généraux-majors de l’Armée nationale populaire (ANP) qui ont été placés en détention provisoire sur ordre du juge d’instruction près le tribunal militaire de Blida.

Dans une déclaration accordée au quotidien électronique TSA dans son édition arabophone, Mohamed  Khelfaoui a ainsi critiqué l’écho suscité dans la presse par le placement en détention de ces généraux, considérant que cette affaire concerne ces hauts gradés « en tant que personnes, et n’engage en aucun cas l’institution militaire ».

« On parle d’accusations portées à l’encontre de ces responsables militaires, mais cela reste des soupçons à l’heure actuelle. L’enquête est toujours en cours et aucun verdict définitif n’a encore été rendu de la part du tribunal militaire qui s’occupe de cette affaire », a déclaré M.Khelfaoui qui a critiqué la dimension donnée à cette affaire dans les médias, une dimension qui, selon lui « donne l’impression qu’il s’agit d’une affaire politique ».

M.Khelfaoui a également pris la défense des officiers supérieurs actuellement détenus, parmi lesquels l’ex-commandant de la 1ere région militaire, le général Habib Chentouf. « Chentouf a étudié avec moi et (…) s’il demandait mon témoignage en sa faveur, je l’apporterai » a-t-il déclaré, ajoutant que « c’est un cadre compétent, éduqué et discipliné, qui a combattu les groupes terroristes avec succès » .

Rappelons que les généraux Menad Nouba, Habib Chentouf, Saïd Bey, Boudjemaâ Boudouaour et Abderrazak Cherif ont été placés en détention provisoire avant-hier dimanche. Les cinq officiers supérieurs, récemment limogés, avaient été entendus plus tôt dans la même journée par le juge d’instruction près le tribunal militaire de Blida dans le cadre d’une enquête sur des affaires d’enrichissement illicite et de trafic d’influence.