Photo : siège de Cevital
Photo : siège de Cevital

Le wali de la wilaya de Béjaïa Maabed Ahmed, récemment nommé à ce poste a décidé d’interdire les activités du café littéraire de la commune de Chemini située à une soixantaine de kilomètres du chef-lieu de la même wilaya.

En effet, le président de l’Assemblée populaire communale (APC) de Chemini, Madjid Ouddak a indiqué dans une publication sur le réseau social Facebook avoir été destinataire d’une note du premier responsable de la wilaya de Béjaïa portant interdiction des activités du café littéraire de sa commune. Le wali fait ainsi part de la nécessité d’obtenir une autorisation avant l’organisation d’une quelconque activité au sein dudit café littéraire, a précisé l’élu de la commune de Chemini.

L’annonce, qui s’est rapidement propagée sur les réseaux sociaux, a suscité une levée de boucliers de la part des habitants locaux, qui voient dans l’instruction du wali de Béjaïa une atteinte à la liberté d’expression. Observ’Algérie a tenté de joindre le P/APC de la même commune pour obtenir plus d’informations sur le sujet, mais sans succès.

Par ailleurs, une conférence-débat programmée pour ce vendredi et animée par le professeur à l’université de Béjaïa Saou Rachid sous le thème : Blocage de l’investissement et du développement économique à Béjaïa : cas de Cevital, a pu se tenir malgré l’instruction du premier responsable de la wilaya, a-t-on appris de sources sur place.