Un responsable de PSA à propos de l’usine de Peugeot Algérie: «Le projet est sur la table du gouvernement»
Un responsable de PSA à propos de l’usine de Peugeot Algérie: «Le projet est sur la table du gouvernement»

 

«Le projet algérien n’a toujours pas été validé par le gouvernement». C’est qu’a déclaré patron de la région Afrique Moyen-Orient du groupe français PSA, Jean-Christophe Quémard.

C’est l’information parue, ce matin, sur les quotidiens Liberté et El-Watan, qui, eux, ont repris Jeune Afrique paru en France.

Selon M Quémard, ce projet devait être signé «lors de la visite d’Emmanuel Macron à Alger en avril 2016. Le projet, construit avec nos partenaires public et privé, est sur la table du gouvernement depuis six mois.»

Estimant, à des propos à peine sous-entendus, que les choses pourraient évoluer positivement dans les prochains jours, M Quémard a déclaré a révélé qu’«il y a eu quelques allers-retours depuis. Nous avons pris en compte les demandes légitimes des autorités, qui souhaitent industrialiser leur pays, bénéficier de transferts de technologies et favoriser l’emploi local. Nous attendons leur décision. Je suis prêt à prendre l’avion pour Alger».

Les deux quotidiens ont souligné que PSA a adopté un plan industriel pour la région Afrique Moyen-Orient.

Selon M Quémard, ce plan est décliné «au Maghreb à travers trois projets d’usines d’assemblage. Celle qui verra le jour au Maroc, à Kenitra, devra réaliser 90 000 véhicules. L’Algérie accueillera une unité capable d’en produire 75 000 unités».

Evoquant justement ces marchés, ce responsable a estimé que «ce de développement est déployé pour éviter d’être bridé par les quotas, notamment en Algérie, et doper ses capacités logistiques».

Et de conclure : «au Maroc, où nos ventes ont bondi de 26,6 % en 2016, nous avons mis fin à la baisse de notre part de marché, qui s’établissait à 11,9 % au deuxième trimestre. Sur le marché algérien, soumis à une politique de quotas drastiquement réduits l’année passée, nous nous maintenons à 21,5 % des véhicules importés et à une part globale de 13,6 %».

Tarik Lamara

  • Recommandations

  • Qu'en pensez vous ?