Plusieurs syndicalistes et travailleurs ont été interpellés par les forces de sécurité ce samedi dans la capitale Alger, alors qu’il s’apprêtaient à tenir un rassemblement de protestation. 

Selon des sources présentes sur les lieux, les syndicalistes ont été arrêté à la place des fusillés, où il s’apprêtaient à tenir un rassemblement pour protester contre nombre de décisions entreprises par le gouvernement, notamment en ce qui concerne le système des retraites. Aucun acte de violence n’a toutefois été enregistré, ont rapporté les mêmes sources.

D’autres syndicalistes, réunis au siège de l’Union nationale des professionnels de l’éducation et de la formation (UNPEF), auraient également été interpellés par les éléments des forces de l’ordre, qui les ont fait monter dans des bus de l’Etusa, a-t-on indiqué. « À chaque fois que quelqu’un sort du siège, même s’il s’agit d’un journaliste, on le met dans le bus » a ainsi indiqué Nadia Chouitem, députée du Parti des travailleurs (PT) citée par TSA.