Un homme âgé de 43 ans originaire de la région de Kais dans la wilaya de Khenchela, a été condamné à la prison ferme et une amende pour atteinte à l’Islam. Une condamnation qui suscite la polémique sur les réseaux sociaux, non pas pour son caractère liberticide et inquisitoire mais pour le fait que le mis en cause souffre d’un handicap mental à 100%.

Le verdict du tribunal de Kais a été confirmé par le tribunal de Khenchela, affirme le blogueur Fouad Gasmi, qui dénonce la non prise en compte de l’handicap du mis en cause. Ce dernier portant les initiales A.N et âgé de 43 ans, est un retraité de l’Armée Nationale Populaire (ANP) et souffrant d’un handicap mental à hauteur de 100%, comme l’atteste une carte délivrée par le directeur des activités sociales de la wilaya de Khenchela et mise en ligne par ledit blogueur.

L’accusé aurait bénéficié d’un avocat commis d’office, qui «a plaidé coupable et a demandé l’atténuation de la peine au lieu de demander une expertise médicale» dénonce Fouad Gasmi. l’avocat commis d’office n’aurait vu son client que le jour de la comparution et il n’aurait pas eu connaissance de son handicap mental.

La loi algérienne dans son article 144 Bis 2 du code pénal punit «d’un emprisonnement de trois (3) ans à cinq (5) ans et d’une amende de cinquante mille (50.000) DA à cent mille (100.000) DA, ou l’une de ces deux peines seulement, quiconque offense le prophète (paix et salut soient sur lui) et les envoyés de Dieu ou dénigre le dogme ou les préceptes de l’Islam, que ce soit par voie d’écrit, de dessin, de déclaration ou tout autre moyen.»

Lire: Algérie: 6 mois de prison pour un chrétien accusé «d’ébranler la foi d’un musulman »