Photo archives : Khaled Nezzar
Photo archives : Khaled Nezzar

Le fils de l’ancien ministre de la défense Khaled Nezzar, Lotfi Nezzar n’a pas caché sa désapprobation des mesures décidées par le gouvernement pour empêcher des fuites de sujets pendant les épreuves du baccalauréat.

Lotfi Nezzar, qui est directeur général de Smart Link Communications (SLC) a saisi l’Autorité de régulation de la poste et des télécommunications (ARPT) à qui il a demandé « une intervention urgente » afin d’empêcher les coupures d’internet qui ont été décidées par le gouvernement pour empêcher les fuites de sujets sur les réseaux sociaux pendant les épreuves du Baccalauréat.

« Je tiens tout d’abord à exprimer ma désapprobation totale avec ces pratiques qui ne reconnaissent aucunement les textes législatifs et réglementaires régissant le secteur des télécommunications » a écrit Lotfi Nezzar dans une correspondance adressée à l’ARPT. « Non seulement cette démarche ne respecte pas la notion de continuité des services régissant le secteur des télécommunications, car ne pouvant en aucun cas être interrompus, mais néglige aussi tous les utilisateurs autres que les personnes concernées par l’examen du baccalauréat » a-t-il estimé, en qualifiant d’ « illégale » la mesure instaurée par le ministère de l’éducation nationale en collaboration avec le ministère de la Poste et des technologies de l’information et de la communication.

Pour rappel, les opérateur de la téléphonie mobile et fixe en Algérie suspendront l’accès à internet pendant une heure à chaque début d’épreuve du baccalauréat, et ce pour éviter les fuites de sujets. Cette mesure sera effective pendant toute la durée de l’examen précédemment cité, qui s’étendra jusqu’à lundi 25 juin prochain.