Expulsion d'un migrant
Expulsion d'un migrant

L’Allemagne cherche à couper la route aux migrants algériens, tunisiens et marocains, demandeurs d’Asile en classant l’Algérie, la Tunisie et le Maroc comme pays sûrs.

Si un premier projet de loi a été rejeté en 2017, par le parlement faute d’accord entre le gouvernement et certains partis de l’opposition, dont les Verts et Die Linke (La Gauche), ce deuxième visant à inscrire les pays du petit maghreb comme étant sûrs, a été adopté en conseil des ministres.

Ce projet de loi doit encore être approuvé par les deux chambres du parlement allemand pour entrer en vigueur. Une loi qui permettra aux autorités allemandes de refuser systématiquement les demandes d’asile des migrants originaires d’Algérie, du Maroc et de Tunisie. Une mesure qui indigne les associations et organisations non-gouvernementales des droits de l’homme.

Selon l’agence de presse russe Sputnick News, à l’heure actuelle, les requêtes en provenance d’Algérie sont déjà rejetées à plus de 99%. Dans le même temps, seuls 2,7% des demandes d’asile de Tunisiens et 4,1% des requêtes de Marocains ont reçu une réponse positive en 2017, selon les statistiques officielles.

Les migrants maghrebins en Allemagne sont accusés d’être derrière les agressions sexuelles commises le soir du Nouvel An 2015 à Cologne. Leur image est ternie un peu plus depuis l’attaque perpétrée en décembre à Berlin par le Tunisien Anis Amri, qui avait fait 12 morts.

Lire également: Belgique : L’Algérie n’est pas un «pays sûr»

Avec agences de presse